back LUN 04.08 2014 12:15 next
C Conservatoire
 
ENSEMBLE XVIII-21 LE BAROQUE NOMADE
Cyrille Gerstenhaber soprano
Wang Weiping chant et pipa
Shi Kelong chant et percussion
Mathieu Dupouy clavecin
Jean-Christophe Frisch flûte et direction
Photo
 
XVIII-21 Le Baroque Nomade a joué un rôle remarquable dans le renouvellement de l’interprétation de la musique baroque, en s’appuyant sur les découvertes musicologiques les plus récentes. Il travaille sur les rencontres historiquement avérées entre musiques baroques européennes et musiques extra-européennes, collaborant régulièrement avec des musiciens traditionnels. L’une de ces recherches musicologiques a amené son directeur artistique, Jean-Christophe Frisch et ses musiciens à retrouver et interpréter la musique jouée en Chine dans la Cité interdite. Saviez-vous que des musiciens européens avaient joué à la cour impériale au XVIIe siècle ? Ou que l’empereur Kangxi (1654-1722) lui-même avait joué certains airs au clavecin, devant sa cour ? Les jésuites en Chine Lors de sa mission d’évangélisation en Chine en 1601, le prêtre et missionnaire italien Matteo Ricci offre à l'empereur Wanli un instrument de musique nommé selon les langues manicordio, clavicembal, épinette, ou en chinois yaqin ou xiqin. Il semblait conscient de l’importance que la musique occupait auprès des lettrés chinois, et comptait l’utiliser pour pénétrer leur société. C’est le point de départ de la présence musicale européenne à Pékin. Durant deux siècles, les missionnaires jésuites actifs à Pékin ont poursuivi une activité musicale en marge de leur tâche religieuse. Certains étaient de bons instrumentistes et jouèrent à la cour; parmi eux, Johann Adam Schall von Bell, Tomé Pereyra, et surtout Teodorico Pedrini, un lazariste italien. Certains Jésuites étudièrent la musique chinoise, et apprirent à la jouer sur les instruments occidentaux qu'ils avaient emportés dans leurs bagages. Ainsi on a pu entendre à Pékin des airs chinois à la viole de gambe ou au clavecin.
Concert Baroque à la Cité Interdite

Matteo Ricci (1552-1610)
Il Pastore che cambia di collina

Wu Li (1632-1718)
Louange à la Sainte Mère (Tianyue zhengyin, extraits)

Teodorico Pedrini (1671-1746)
Sonata V en sol majeur
Allegro
Largo
Allegro
Vivace


La Paz du Soleil (Traditionnel chinois)

Chun Jiang (Traditionnel chinois)