back VEN 18.08 2017 12:15 next
C Conservatoire
 
HET COLLECTIEF
Thomas Dieltjens piano
Piet Kuijken piano
Tom De Cock percussion
Alexander Ponet percussion
Photo
 
Au-delà de sa cohésion formelle et de sa complexité polyphonique, ce qui frappe dans cette œuvre est son originalité sonore. Les percussions ne sont pas traitées comme une nouveauté provocatrice, ni comme une couleur pittoresque, mais comme des acteurs à part entière de la musique, au même titre que le piano.
Béla Bartók (1881-1945)
Sonate pour deux pianos et percussion, Sz. 110
Allegro molto
Lento ma non troppo
Allegro non troppo
 
 

 

18.08 - La Sonate pour deux pianos et percussion, un des « tubes » de Bartók

18.08 - La Sonate pour deux pianos et percussion, un des « tubes » de Bartók
Au-delà de sa cohésion formelle et de sa complexité polyphonique, ce qui frappe dans la Sonate pour deux pianos et percussion de Bartók, c’est son originalité sonore. Les percussions sont traitées comme des acteurs à part entière de la musique, sur un pied d’égalité avec le piano.
Mis en ligne le 10 August 2017 à 21h30