26.07 - La deuxième sonate pour piano de Brahms : la fougue de la jeunesse

La deuxième sonate est la première grande œuvre pour piano de Brahms. À 19 ans, le jeune compositeur est moins préoccupé d’assujettir son inspiration à une forme préétablie que d’exprimer ses états d’âmes passionnés. Alexandre Kantorow ne demande pas mieux que d’interpréter cette fougue juvénile...
26.07 - La deuxième sonate pour piano de Brahms : la fougue de la jeunesse
Photo Jean-Baptiste Millot
C’est au début de l’été 1879 que Johannes Brahms (1833-1897) achève la composition de ses deux Rhapsodies op.79. À part leur nom et un certain caractère fantasque, ces pages n’ont pas grand-chose d’une rhapsodie. On y décèle l’inspiration nordique, les climats légendaires et fantastiques. Et l’inspiration reste assez proche de celle des œuvres de jeunesse.Héroïsme et mystère en alternance, contrastes dramatiques entre des éléments opposés, foisonnement thématique, développements très amples aux allures de chevauchée fantastique, telles sont les caractéristiques majeures de la seconde de ces rhapsodies, pièce attachante et très réussie que Brahms créa lui-même en janvier 1880.La deuxième sonate pour piano fut composée en novembre 1852, alors que Brahms n’avait pas même 20 ans. L’œuvre, qui semble conçue pour faire forte impression, est dédicacée à Clara Schumann, pianiste au tempérament exceptionnel. Remarquable à plusieurs titres, elle recèle des contrastes étonnants entre des moments de bouillonnante et juvénile passion d’une part, et des passages nimbés de couleurs sombres d’autre part, puisant leur inspiration dans les profondeurs du répertoire germanique populaire. Que ce soit en disque ou en récital, Alexandre Kantorow suscite des critiques dithyrambiques. Lauréat de la fondation Safran, ce jeune pianiste a commencé à se produire très tôt : à 16 ans il était invité à La Folle Journée (à Nantes et comme à Varsovie) avec le Sinfonia Varsovia. Il a depuis joué avec de nombreux orchestres tels que le Kansai Philharmonic Orchestra avec Augustin Dumay, le Taipei Symphony Orchestra, l’Orchestre National des Pays de la Loire, l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège, l’Orchestre de Genève, l’Orchestre de Berne… Récemment, il a enregistré les concertos de Saint-Saëns et son disque À la russe est sorti en avril 2017 sous le label BIS.
 
Mis en ligne le 20 July 2017 à 09h17

Midis-Minimes a(t) Crossroad(s)

Mis en ligne le 23 August 2017 à 15h30