04.08 – « Histoire du Soldat », une parabole sur la puissance de la musique

Stravinsky composa en 1917 cette histoire de soldat qui vend son âme au Diable, inspirée d’un conte russe traditionnel. L’Ensemble Sturm Und Klang et le ténor Lorenzo Caròla interprètent ce mélodrame pour récitant et sept instrumentistes.
04.08 – « Histoire du Soldat », une parabole sur la puissance de la musique
Dessin de Pieter Fannes
Parmi toutes les musiques inspirées par la Première Guerre mondiale, l’Histoire du Soldat (1918) d’Igor Stravinsky (1882-1971) est une des plus étrange, en même temps qu’elle annonce, sur le plan esthétique, toute la modernité du siècle qui va suivre.Le livret, inspiré d’un conte traditionnel russe, décrit l’histoire d’un jeune soldat de la Première Guerre mondiale, qui dans un geste faustien donne son violon au diable en échange d’un livre qui lui apprendra à devenir riche. L’œuvre est essentiellement narrative, théâtrale, faussement naïve (c’est son côté russe) et pleine d’éléments à portée symbolique forte, dans la droite ligne de l’expressionnisme allemand.Sur le plan musical, l’œuvre mélange toutes sortes de sources d’inspiration, allant du jazz au ragtime, mais aussi la musique traditionnelle russe, avec des éléments de musique klezmer ou de valse viennoise. Les ruptures rythmiques sont constantes, les instruments donnent l’impression de se couper la parole comme lors d’une conversation spontanée (et animée…), ils produisent des sons inhabituels, le tout avec un appétit de vivre et une verve humoristique irrésistibles.Fondé en 2000 par Thomas Van Haeperen, Sturm und Klang (« Tempête et son ») se concentre sur les répertoires des XXe et XXIe siècles. Sa programmation soutient activement la création musicale belge, notamment la jeune génération (commandes, organisation de workshops pour compositeurs). En fonction des répertoires, Sturm und Klang se produit en effectif large (Orchestre Sturm und Klang) ou en formation plus réduite (Ensemble Sturm und Klang). Thomas Van Haeperen est le directeur musical et responsable de la programmation de Sturm und Klang. Avec cette formation il a assuré de nombreuses créations mondiales et premières belges d’œuvres contemporaines. Le ténor Lorenzo Caròla a obtenu le Grand Prix de musique contemporaine et le Prix de la mélodie française au Concours international de Clermont-Ferrand. Il est aussi lauréat du Concours international de Setúbal au Portugal et demi-finaliste du Concours Reine Élisabeth de Belgique en 1992.
 
Mis en ligne le 26 July 2017 à 21h09