20.07 - Rhapsodies hongroises de Liszt et csardas

Comment Franz List (1811-1886) est-il entré en contact avec la musique tzigane ? Pour répondre à cette interrogation, le pianiste roumain Ferenc Vizi a imaginé une fiction qui se passerait dans une csarda, une auberge à la mode, où les tziganes jouent tous les soirs des chants et danses populaires.
20.07 - Rhapsodies hongroises de Liszt et csardas
Ferenc Vizi et l’ensemble Cifra - Photo Arthur Forjonel

Imaginons Liszt, attablé dans la pénombre d’une modeste d’auberge, les tziganes jouent un peu de tout, des chants et danses spécifiquement csardas – illustrés dans notre programme par Le csardas des coquelicots ou Aïe, Aïe, Aïe – des airs à la mode, des chansons à boire comme Verse-moi du vin, des romances empreintes de nostalgie, comme Les vieux tilleuls de Buda ou encore La grue vole haut dans le ciel, chant populaire hongrois dont Liszt s’est inspiré dans la 14e Rhapsodie. Ces musiciens se devaient, à cause du bruit ambiant, d’attirer continuellement l’attention en alternant les tempi en toute liberté, accélérant vertigineusement, ralentissant tout autant sur des vibratos larmoyants, ou, au contraire en gardant le rythme avec une formidable et rageuse régularité. Échauffé par leur musique et le vin, Liszt se lève et s’assied devant un vieux piano poussiéreux oublié dans le décor. À son tour, il improvise des pièces inspirées par ce qu’il vient d’entendre, le dialogue, sous forme d’un joyeux duel, est lancé et se poursuivra jusqu’à tard dans la nuit, une nuit dans une csarda...

Né en Transylvanie (Roumanie) en 1974, Ferenc Vizi débute ses études de piano dans la classe d’András Körtési dans sa ville natale de Reghin puis réjoint la classe de Gérard Frémy au CNSM de Paris. Il reçoit également les conseils de Cyril Huvé, Jacques Rouvier et de la pianiste Françoise Thinat à l’École Normale de Paris. Ferenc Vizi se distingue dans plusieurs grands concours internationaux. Depuis il se produit en tant que soliste avec des orchestres ou en récital principalement en Europe. 

Il a réuni autour de lui des musiciens tziganes hongrois et roumains pour faire revivre l’ambiance 

 
Mis en ligne le 17 July 2015 à 09h00